Introduction

Dans le contexte des bouleversements actuels résultant, entre autres et en bref, des conflits secouant le Moyen-Orient, de la révolution numérique et d’une mondialisation sauvage, les ROO-Mercier aspirent à offrir un espace de calme et de convivialité abritant des rencontres entre penseurs et artistes orientaux et occidentaux, visant à éclairer les trésors culturels, intellectuels et artistiques du bassin méditerranéen, ainsi qu’à tisser des relations civilisées entre ses ressortissants, en explorant plus spécifiquement et conjointement les six domaines suivants :

1. L’histoire des trois religions du Livre

Objectif : tenter de mieux comprendre les relations entre les trois religions du Livre, au fil entortillé de leurs filiations, en apprenant à distinguer – grâce aux nouvelles approches historiques, fondées sur les découvertes archéologiques et anthropologiques – les faits des mythes et à les décanter de leurs interprétations idéologiques.

2. Le concert de leur spiritualité respective

Objectif : apprendre à écouter la musique émanant de la rencontre des spiritualités des trois religions du Livre, décantées de leurs dogmes et de leurs institutions; une musique dont l’harmonie jaillit aussi bien de leurs dissonances, que de leurs résonances… Apprendre en écoutant cette musique, à s’ouvrir à l’Indicible et l’Invisible qu’elles expriment chacune à leur manière, au travers des échos et des silences de leurs souffles.

3. La découverte du Poétique, sous toute ses formes, musicales, littéraires, théâtrales, visuelles…

Objectif : prolonger toute réflexion intellectuelle par une expérience artistique, afin d’apprendre à conjuguer les intelligences du corps, du coeur et de l’esprit. Apprendre à s’ouvrir au Poétique dans toutes ses manifestations humaines, artistiques et autres…

Apprendre le Poétique pour panser et à dépasser aussi blessures et souffrances, grâce à son baume, qui permet de dire et reconnaître les souffrances sans blesser ni en susciter de nouvelles…

4. Le développement de la philosophie de l’ouverture au dialogue et à l’expérience

Objectif : apprendre, dans chacun des domaines explorés, à forger progressivement les conditions psychologiques, ainsi que les outils conceptuels et  méthodologiques permettant d’accoucher de dialogues ouverts et féconds, capables d’exploiter la diversité des intelligences occidentales et orientales, leurs antagonismes comme leurs complémentarités.

Apprendre à former des esprits libres, ou plutôt se libérant progressivement des différents blocages ou engrenages emprisonnant leur pensée grâce à une saine confrontation à d’autres pensées et modes de penser.

Des esprits ouverts et libres, fiers de leur singularité et prêts à accepter celle des autres; des esprit à la fois libres et reliés aux autres, prêts donc à traduire leurs pensées respectives les uns aux autres, ainsi qu’à « créoliser » ou transformer réciproquement leurs langages et de leur pensées, pour tisser des passerelles entre des approches divergentes, à la recherche de leurs convergences et surtout de solutions nouvelles communes. Apprendre en résumé à construire ensemble, activement et concrètement, “du commun” à partir “d’écarts” judicieusement “mis en tension” – pour reprendre les mots d’un François Jullien.

5. La construction du Politique

Objectif : Apprendre à construire progressivement une Cité cosmopolite, intégrante sans être fusionnante, en évolution permanente au fil des interactions entre ses membres, de débats en dialogues, d’expérimentations en expériences réfléchies, de confrontations en constructions souples et ouvertes.

Une Cité construisant l’avenir, tout en s’enracinant dans un passé dépassé, grâce à des paroles de vérité; une Cité ainsi apaisée, dont les institutions, souples et ouvertes, intrinsèquement, à leur évolution permanente, permettent d’adéquatement articuler la diversité des langues et des cultures et d’intégrer les singularités individuelles et communautaires de manière cohérente.

Des institutions à ré-imaginer et ré-élaborer sans cesse, recomposant de manière créative les multiples expériences déjà réalisées, dès les empires de l’Antiquité, jusqu’aux démocraties modernes fondées sur la diversité, telles les démocraties libanaises et helvétiques, pour former, en résumé, une cité véritablement et pleinement enracinée dans la diversité de ses membres et capable de les articuler en un ensemble vivant, à la fois cohérent et fluide, en évolution permanente, grâce au jeu de leurs dialogues et de leurs interactions…

6. La construction du Géo-politique

Objectif : Apprendre dans un deuxième temps à relier ces cités en un  « archipel de cités » –  pour reprendre une image du Tout-Monde d’Edouard Glissant – transformant progressivement leurs relations de puissance en relations de métissages civilisateurs, aussi bien à l’intérieur des cités qu’entre celles-ci.

Un archipel de cités garantissant donc la libre circulation des citoyens entre chacune d’entre elles, dont les citoyens-migrants pourraient, tel l’abeille, essaimer leur pollen fertiliseur.

Un nouvel ordre à imaginer et dessiner, lui aussi souple et ouvert, en évolution permanente, dont les contours ne se laissent pour l’instant à peine, sinon même pas du tout apercevoir à l’horizon, tant l’océan qui entoure les cités-nations actuelles est démonté… Mais des navigateurs chevronnés travaillent à la création de nouvelles boussoles, permettant de mieux se diriger à travers la houle de cet océan déréglé du monde…

Ces navigateurs créent en fait des boussoles de plusieurs dimensions, individuelles et collectives, ce nouvel ordre étant appelé à émerger à partir des participations dûment articulées de chaque citoyen du monde, tel une mosaïque prenant forme, pierre après pierre, ou si l’on préfère une image plus souple et plus douce : tel une trame à tisser fil à fil, en va et vient continu, désignant ensemble, progressivement, inlassablement, de nouveaux horizons communs, contre vents et marées…