Le Château Mercier

Les Rencontres Orient Occident n’auraient pas pu voir le le jour sans leur matrice, le Château Mercier.  Un château d’allure moyenâgeuse et de conception bourgeoise, marquée par l’art nouveau, jusque dans son ameublement et sa décoration intérieure, avec ses fresques, ses sculptures et ses tableaux de l’Ecole de Savièse, dont une remarquable galerie de portraits de Bieler.  Un air rétro, en quête peut-être d’un paradis perdu, mais sans esprit de nostalgie, traduisant au contraire la foi dans l’avenir des grands entrepreneurs des débuts de l’ère industrielle. La foi et la générosité également, la famille Mercier, encore nombreuse, faisant don de son château au Canton du Valais pour y développer la culture…

Le Canton l’a remarquablement restauré et aménagé, dans le respect de son cachet, en une résidence de charme, destinée à accueillir alternativement des manifestations culturelles et des réceptions (mariages, séminaires d’entreprise, etc.). Il l’a ensuite confié à la Fondation du Château Mercier, chargée d’assurer aussi bien le développement de la culture, que l’autofinancement du Château, de son parc et de ses dépendances.

Une double tâche, dont son administrateur, René-Pierre Antille, s’acquitte depuis de nombreuses années, grâce au concours d’une équipe d’intendance fidèle et dévouée. La table gastronomique d’Antonio, le chef des cuisines du Château Mercier, n’a rien à envier aux meilleurs restaurants de la région ! Et au-delà de la qualité des services, toute l’équipe du personnel anime le Château d’une atmosphère chaleureuse et accueillante, perpétuant sa tradition de convivialité familiale.

Un lieu en bref qui a une âme, animée par les talents épanouis de tous ceux qui travaillent au Château Mercier. Un petit coin de paradis, heureusement planté en cette terre d’hommes joyeusement rebelles que furent et sont encore, plus ou moins, les Valaisans, des hommes libres, capables de dompter une terre ensoleillée mais aride, arrosée grâce aux bisses, construits au prix de nombreuses vies, emportées par les fées… Une terre propice à la culture du vin, ce “corps vivant, où se tiennent en équilibre les « esprits » les plus divers, les esprits volants et les esprits pondérés, conjonction d’un ciel et d’un terroir” chanté par Gaston Bachelard… Un lieu au milieu des vignes où il fait donc bon séjourner, se reposer, se ressourcer, travailler, créer…

Pour plus d’informations sur l’histoire et la vie du Château Mercier, cf. http://www.chateaumercier.ch